La spatialisation des messages

L’énorme bouleversement qui est en jeu, qui se joue, là, en ce moment, derrière la dématérialisation du support, c’est

la spatialisation générale de tous les messages humains,

le texte comme l’image.

Leur présentation sera en volume, en réalité augmentée, dans l’espace autour de nous (comme le son qui, lui, est spatialisé depuis toujours).

Cette spatialisation est en chemin. Sa généralisation est pour bientôt.

Il n’y a aucune raison qu’elle ne concerne pas également une part de la production artistique picturale et sculpturale.

Si l’architecture peut se faire (et se fait) en 3D, si l’on peut concevoir nos espaces de vie dans des écrans, rien ne justifie qu’on ne puisse en faire de même avec la sculpture.

Il est urgent de commencer à s’habituer à cette mutation et, pour le plasticien, de réfléchir sa production en fonction d’elle.
En caricaturant, on pourrait dire « Adieu peinture, bonjour sculpture ! »

D’abord le papier et la toile perdent leur monopole pour l’écran, puis l’écran lui-même va s’effacer. Voir à ce sujet mon article La fin de l’image.
L’écran représentait déjà la fin du support définitif (un support, certes, mais impermanent, un « dispositif diffuseur », comme il en existe de nombreux pour le son). Mais il n’est qu’une étape et est amené à se dématérialiser lui aussi.

Recent Posts
Comments

Leave a Comment

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Contact

Ici, vous pouvez nous contacter ou nous poser une question très simplement.

0